bannière de aquariophilie pratique, site d'aquariophilie d'eau douce : poissons, plantes, matériel, techniques aquariophiles


Mise en place de la filtration biologique dans l'aquarium.La filtration biologique : mise en place


Mise en place du cycle azoté : les précautions indispensables


Pendant les premières semaines qui suivent l'arrivée des poissons, l'ammoniaque puis les nitrites vont s'accumuler parfois dangereusement dans le nouveau bac, jusqu'à ce que les bactéries se soient enfin suffisamment multipliées pour pouvoir traiter efficacement tous ces déchets.

Pendant cette phase, la plus délicate dans la vie d'un aquarium, les taux d'ammoniaque puis de nitrites peuvent alors monter très haut : c'est la raison pour laquelle il faut toujours démarrer son aquarium avec une population très réduite et capable de tolérer cette pollution. Si on a l'intention de faire cohabiter plusieurs espèces dans un même bac, on introduit logiquement d'abord la plus résistante. Il est également nécessaire de tester régulièrement le taux d'ammoniaque et de procéder à des changements d'eau partiels fréquents pour diluer l'ammoniaque lorsqu'on détecte des valeurs dangereuses. On se garde enfin de la tentation d'ajouter de nouveaux poissons tant que la mise en place du cycle azoté n'est pas entièrement achevée.

 

Le facteur-temps

Les bactéries se multiplient rapidement, mais il faut en principe au minimum une bonne dizaine de jours avant que les bactéries Nitrosomonas soient établies convenablement. Cette durée est très variable et peut aller jusqu'à quelques semaines dans certains cas, la mise en place du cycle azoté dépendant de paramètres très divers tels que la température, le pH, le taux d'oxygène dans l'eau ...
La diminution progressive puis la disparition de l'ammoniaque sont le signe que les bactéries Nitrosomonas se sont correctement établies : la seconde partie du cycle peut débuter. Jusqu'à ce que les bactéries Nitrobacter soient elles aussi assez nombreuses pour être vraiment efficaces (entre 2 à 4 semaines en général), on observera alors le célèbre pic de nitrites : les bactéries Nitrosomonas produisant en effet des nitrites qui ne sont pas encore totalement pris en charge par la colonie de bactéries Nitrobacter en devenir. Là encore, il ne faudra en aucun cas ajouter de nouveaux poissons pendant cette période délicate, maximiser l'aération (les nitrites entravent le transport de l'oxygène dans le sang) et contrôler régulièrement le taux de nitrites afin de procéder à des changements d'eau dès que nécessaire.

cycle de l'azote dans un aquarium

Montée des toxines dans le nouvel aquarium : ce graphique illustre la montée rapide de la concentration en ammoniaque suivie d'une chute brutale qui montre que les bactéries Nitrosomonas se sont multipliées et ont réduit l'ammoniaque en nitrites. Ceux-ci augmentent alors très rapidement (c'est le pic de nitrites) : les bactéries Nitrospira prennent alors le relai en transformant enfin les nitrites en nitrates. Il est impossible de donner un taux ou une échelle de temps précis car ces valeurs varient fortement d'un bac à l'autre.

Contrôler les nitrates

Les nitrates constituent le produit final du cycle : leur toxicité en comparaison de l'ammoniaque ou des nitrites est assez faible mais :
- certaines espèces y sont très sensibles;
- pour les autres, un taux élevé a un impact négatif sur la croissance ou la reproduction et sur la santé des poissons sur le long terme.
- les nitrates non assimilés par les plantes favorisent le développement d'algues indésirables.

Pour toutes ces raisons, il faut d'efforcer de limiter l'augmentation très progressive des nitrates dans l'aquarium en faisant des changements d'eau partiels réguliers (hebdomadaires ou bi-mensuels en général) et en introduisant des plantes qui pourront les utiliser comme nutriments. En dernier recours, certaines résines sont très efficaces pour absorber un excès de nitrates.

 

Préserver la colonie bactérienne ...

Les bactéries épuratrices colonisent la mousse du filtre (celle-ci étant très poreuse, elle est capable d'abriter un nombre stupéfiant de bactéries) mais aussi le décor, le gravier ...
Il est important sur le long terme de préserver cette colonie de bactéries : cela passe simplement par un entretien régulier du filtre : on rincera de temps à autre la mousse du filtre avec de l'eau puisée dans le bac mais jamais avec de l'eau du robinet car le chlore est un biocide et il tuerait une bonne partie des bactéries épuratrices. On s'assurera enfin que le bac reste toujours correctement aéré.



Il faut toujours démarrer son aquarium avec une population limitée et solide : 10% à 20% du nombre final de poissons sont suffisants dans un premier temps. L'augmentation de la population de poissons se fera ensuite de manière graduelle : une augmentation brutale du nombre de poissons stresserait le filtre, ce qui pourrait se terminer en désastre.

Pendant les 4-6 premiers mois, l'aquarium ne sera pas peuplé à sa capacité maximale théorique, mais à la moitié seulement car un aquarium aussi récent a un équilibre encore fragile. Ensuite, si on veut, on pourra augmenter graduellement la population du bac jusqu'à la limite maximale conseillée.

Il est bien difficile de donner des indications de temps précises sur la mise en place du cycle azoté car elle dépendra de très nombreux paramètres. Ainsi, la mise en place du cycle est plus lente en eau froide. Mais facilitée si l'aquarium est bien planté : les plantes ont en effet la capacité d'absorber directement une partie de l'ammoniaque (l'ammonium surtout).

Si on dispose déjà d'un aquarium sain, il est tout à fait possible d'utiliser une partie de la masse filtrante de ce bac (mousse ou autre) afin "d'ensemencer" un nouveau bac et ainsi accélérer la mise en place du cycle azoté dans celui-ci. On peut soit transférer directement une petite partie de la masse filtrante, soit en presser le "jus marron", très riche en bactéries. Méthode à éviter bien-entendu si le premier aquarium avait connu des maladies récemment.



» suite et fin : les conseils pratiques